Curiosité

Voyage au pays des maths – Arte.tv

Un petit post pour partager une rare pépite de la vulgarisation mathématiques, vaste domaine très complexe pour de nombreuses personnes et qui ne demande qu’à être vulgarisé pour mieux se faire connaître et (peut être) apprécié.

Et c’est Arte cette fois qui l’a fait !

Je vous laisse découvrir cette mini série de 10 épisodes d’une 10aine de minutes chacun où « on ne va pas vraiment faire de maths mais juste jeter un œil au paysage »

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-021426/voyages-au-pays-des-maths/

ou sur Youtube :

https://youtube.com/playlist?list=PLCwXWOyIR22veT31gK5JwmqxuVc0Uoy8a

Lehollandaisvolant – Après les sacs plastique, c’est quoi le problème avec les tote bags ?

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20220710091016

J’ai récemment écouté un podcast sur France Culture qui parlait de recyclage (dans leur émission, il y en a plusieurs qui traitent de recyclage et écologie, je vous recommande de les écouter tant les points abordés sont intéressants).

Un des intervenants (un thésard), parlait de son projet à base de mégots.

L’intervenante a été la seule à penser que la démarche était foireuse, comme de nombreux projets « éco » ! Alors que c’est une évidence !

C’est le même problème qu’avec les gobelets réutilisables (les fameux « Écocups » – voir : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/esprit-sport/esprit-sport-du-vendredi-01-juillet-2022-4433675).

Le souci ? C’est que ces nouveaux objets et matériaux créés à partir de recyclage ne sont pas eux-mêmes recyclables ! WTF ?!

On ne repousse le problème du gaspillage et du déchet que d’une génération puisqu’au final il y aura tout de même un déchet, et que bien souvent, ces objets/matériaux de 2e génération ne sont pas étudiés pour savoir comment ils vont évoluer dans le temps !

C’était comme ce fameux projet de briques à partir de mégots, l’idée est bonne mais ça reste une idée. RIEN n’a été fait pour savoir si le matériau était fiable dans le temps, ni s’il allait durer, ni s’il était lui même recyclable après sa durée de vie, ni même s’il pollue en relarguant des microparticules ou toxines !

C’est complètement inconcevable. Et ça se dit « développement durable » simplement pour bénéficier de subventions.

Le véritable problème reste le gaspillage et la surconsommation.

Si les objets et matériaux fabriqués prenaient en compte leur devenir dans le temps et leur impact sur le système global ce serait déjà bien.

De toute manière le plastique est une vraie plaie même s’il est hyper pratique. Les alternatives qui existent ne sont rien d’autres qu’un retour en arrière de matériau qui existaient à l’époque où le plastique n’existait pas.
(Un autre podcast qui retrace l’histoire du plastique, son essor et pourquoi il est devenu problématique : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/eureka/plastique-du-pratique-au-tragique-3839580).


Pour le coup je vous recommande très fortement ce podcast vraiment instructif : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-methode-scientifique/recyclage-3893495

Mon jeu du moment (02/22)

Exception à la règle, ce ne sera qu’un jeu présenté, manque de temps pour jouer oblige.

Ce jeu n’est pas tout récent, mais ça fait un moment qu’il traînait dans ma bibliothèque (depuis sa version beta en fait…) et j’ai préféré le faire sur Nintendo Switch.

Comme toujours, ce n’est pas sponsorisé, ce n’est que mon avis.


Hades

Une autre pépite de l’excellent studio qu’est SUPERGIANT (Transistor, Bastion et Pyre). Celles et ceux qui me lisent régulièrement connaissent mon amour pour ce studio et ses jeux que je ne peux que recommander les yeux fermés !

Un format un poil différent pour ce jeu qui est un Hack&Slash, un peu déroutant mais qui reprend, selon moi, le meilleur de ses 3 autres jeux pour en faire un combo parfait !

Une prise en main simple et bien pensée, nerveuse, aucun bug, très beau graphiquement parlant avec cette vue isométrique propre au studio, une narration digne d’un roman et comme toujours d’excellentes musiques qui donnent le rythme !

Récemment, le jeu a remporté le prix Hugo, un prix littéraire généralement réservé aux romans : https://www.ign.com/articles/hades-makes-history-as-the-first-video-game-to-win-a-hugo-award

Et je dois dire, que le prix est amplement mérité !

Moi qui trouvait déjà que leur jeu « Pyre » était un excellent pavé de dialogue avec un rythme bien à lui dont vos choix vont faire différer la narration, Hades remonte encore le niveau d’un cran et se permet de très très nombreux dialogues et échanges entre les personnages qui se déclencheront en fonction de votre historique et des situations.

Chaque personnage est travaillé avec détails, sur leur histoire et leur rapport les uns aux autres.

Moi qui d’habitude ne suis pas très jeu de ce style, j’ai appris à aimer le « Die & Retry » (littéralement, « Mort et recommence ») où la progression ne peut se faire qu’avec la mort du personnage.

Une histoire en fond de mythologie grecque, vous incarnez Zagreus, qui tente désespérément de s’échapper des enfers et de l’emprise de son père, le grand Hades.

Un scénario que je ne divulguerais pas tant les rebondissements méritent d’être découverts par le jeu, mais sachez qu’il ne sera pas aisé d’atteindre la surface et que le jeu ne dévoilera son cœur seulement lorsque la sortie sera atteinte pour la première fois.

Aucune frustration dans la mort et dans le recommencement tant il y a de choses à découvrir.

Aucune frustration non plus dans la difficulté qui peut s’accroître progressivement dès la première échappée, de quoi pousser plus loin les surprises à découvrir !

Chaque « rush » dure environ 30min pour arriver à la fin, si tout se passe bien !

Un jeu qui sait se dévoiler dans la longueur où chaque rencontre vous donne envie de toujours avancer.

Maintenant que le jeu a bientôt 2 ans, il est souvent en promo, et très sincèrement, si vous ne l’avez pas essayé, je vous le conseille.

Enseignement des sciences : trouver la bonne formule – France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/enseignement-des-sciences-trouver-la-bonne-formule

Un podcast très intéressant sur notre rapport aux sciences et un petit débat sur le pourquoi, nous Français, sommes globalement à chier en sciences et comment on peut rendre les sciences plus sympas avec quelques pistes de réflexion.

En en discutant, on m’a également dit qu’en France on a une typicité culturelle bien à nous : on se moque très facilement.

Et qu’en tant que gros beaufs de service qui pensent être mieux que les autres en les pointant du doigt mais sans en faire plus avec notre grande gueule, on a tendance à se moquer des gens avec de la connaissance plutôt que de s’avouer à soi-même qu’on n’a pas assez de connaissance et qu’on ne connaît rien ou qu’on ferait pas mieux (parce qu’on ne peut pas tout connaître, et que ce n’est pas honteux, mais qu’en ne faisant pas d’effort dans ce sens c’est sûr que ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant ! Y a qu’à voir quelqu’un essayer de parler anglais en galérant mais en faisant l’effort, et admirer la réaction des autres autour qui ne savent pas faire mieux).

Voir également : https://lokoyote.eu/quand-la-connaissance-est-vue-comme-du-mepris/

Marrons ou châtaignes ?

Une question qui revient toutes les années pendant les fêtes, que ce soit avec les fameux « marrons glacés », les « marrons chauds » des marchés de Noël, la « dinde aux marrons » ou encore la délicieuse « crème de marron » !

Pour faire simple, les « marrons » que l’on mange ne sont rien d’autres que des châtaignes !

Les châtaignes sont généralement des fruits dans des bogues, cloisonnés, par 2 ou 3, issus de l’arbre « châtaignier ». Plus il y a de fruits dans la bogue et plus les châtaignes sont petites.

Il existe quelques variétés de châtaignes où la bogue ne contient qu’une seule et unique grosse châtaigne, ce qui est idéal pour faire des marrons glacés bien dodus. On appelle ces châtaignes spéciales des marrons.

Maintenant, il existe également un autre arbre appelé marronnier, qui lui, produit des fruits toxiques appelés marrons, mais eux, à la différence des châtaignes, sont toujours uniques dans leur bogue.

Bien que les marrons du marronnier sont aussi dans des bogues, il y a de nombreuses différences entre la bogue du châtaignier et celle du marronnier, les fruits sont aussi très différents :

https://www.dhnet.be/lifestyle/food/chataignes-et-marrons-quelles-differences-5d9c62edd8ad5841fc5bf670
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-sante-du-quotidien/2566206-marron-chataigne-difference-comestible-couleur-se-mange-toxique-danger-reconnaitre-1634050821.amphtml/

Pour reconnaître la différence, on peut aussi s’aider des différences entre les arbres, notamment leur feuilles et leur fleurs.

L’histoire derrière ces arbres est également intéressante et explique pourquoi le nom des « châtaignes » s’est changé en « marrons » par rapport à leur utilisation : https://espritdepays.com/gastronomie-terroirs-viticulture/produits-terroirs-perigord/la-chataigne-du-perigord/botanique-de-la-chataigne