Ressources

PLEIN PH’ART – Un podcast à découvrir !

Un nouveau podcast que je me permets de partager et que je vous invite à découvrir.

Un podcast qui met l’art en lumière !

Avec des invités de tout horizon partageant leurs idées sur cette simple question :

L’Art, c’est quoi ?

Simple, léger et fun !

Du sérieux sans se prendre au sérieux, de quoi aiguiser votre curiosité et de vous réconcilier avec l’art sous toutes ses formes.

Il paraît que je passerai raconter mon « art » également à un moment, donc restez à l’écoute !

https://podcast.ausha.co/plein-ph-art

Quelle est la PILE la plus RENTABLE en 2024 ? (Marketing VS Mesures) – Youtube

Via Korben

J’avoue que je ne connais pas cette chaîne Youtube mais elle mérite qu’on s’y attarde.

Très bonne vidéo, comme quoi, encore une fois, le marketing ça fait pas tout et c’est avec ce genre de dénonciation que les marques arrêteront peut être de faire du bullshit et faire plus de qualité…

De la pub pour faire connaître le produit, oui il en faut, mais du marketing pour vanter des qualités qui n’existent pas ça devrait être interdit.

Le meilleur marketing d’un bon produit reste le bouche à oreille, les avis des gens sur les réseaux ne sont plus neutres depuis bien longtemps.

Qu’est ce que la zététique ? – Le Précepteur

Une petite vidéo / podcast en attendant que je reprenne le temps de la plume.

Une excellente vidéo en terme de contenu mais qui mérite de l’effort pour s’y attarder, format un peu long et dense mais très intéressant.

OK Google, dis-moi comment tu fais pour tout savoir ? – Sans oser le demander

Un podcast que j’ai trouvé intéressant et très abordable !

Entre autres évoqués : comment Google est devenu numéro 1 en moteur de recherche et pourquoi tout n’est pas transparent chez Google ? (la réponse est surprenante !)

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/sans-oser-le-demander/comment-google-sait-il-tout-9596294

Comment lire les « Valeurs nutritionnelles » d’un aliment, ce qu’il se cache derrière et pourquoi ce n’est pas remplaçable

Attention, cet article date de 1 an, les informations peuvent ne plus être à jour...

Obligatoires sur les produits transformés, les informations nutritionnelles permettent de refléter la qualité de l’aliment.

Ce n’est pas une liste d’ingrédients et ne la remplace pas, mais la complète d’une certaine manière.

La liste d’ingrédients est également obligatoire et indique par ordre d’importance décroissante les ingrédients (de celui qu’on retrouve le plus à celui le moins présent dans la préparation, en indiquant par des valeurs en pourcentage ceux présents sur le visuel ou indiqués sur l’emballage) avec la mise en évidence des produits allergènes.
Cette liste peut être très utile pour comparer 2 produits qui se ressemblent : si le premier produit contient des fruits en 1er ingrédient et l’autre du sucre, vous saurez que le 1er est meilleur.

Pour aller plus loin :
https://www.economie.gouv.fr/particuliers/denrees-alimentaires-regles-etiquetage

Les valeurs nutritionnelles, quant à elles, servent à renseigner le consommateur sur la composition qualitative de l’aliment.

Le format type obligatoire est celui-ci :

Tableau type obligatoire à renseigner par le fabricant
Source de l’image

Il est rare que d’autres éléments figurent dessus.
Ça peut être le cas dans certains produits où on justifie certaines allégations nutritionnelles comme « riche en fer », « contribue à un métabolisme normal », etc. en indiquant certains minéraux ou vitamines en plus (mais qui n’en font pas forcément de bons produits pour la santé dans leur ensemble).

De premier abord, il peut faire peur et soyons francs, il n’est pas très sexy et mériterait un meilleur visuel.
Mais il est en réalité assez simple à lire et fournit beaucoup d’informations importantes quand on comprend ce qu’il y a derrière.
Il y a, selon moi, un manque d’informations sur ce genre de choses, ce n’est pas parce que c’est marqué que tout le monde est censé savoir ce que c’est.
Oui, l’information est trouvable sur le Net, mais pas toujours de manière simple.

C’est un tableau neutre et obligatoire, il permet de se détacher du packaging très tape-à-l’œil (avec de belles couleurs et images suggérant des vertus bien-être ou autre) et du fameux Nurti-Score (voir plus loin).

Il est parfois complété avec des %AQR, ANC, AJR etc.
Ces acronymes sont des « normes » qui indiquent comment cet aliment couvre les besoins sur les nutriments indiqués pour une personne avec un besoin énergétique de 2000 kcal.

Bien souvent, sur les sites que j’ai pu lire, les informations ne sont pas très claires et les explications en Nutrition… presque inexistantes.
Je vais essayer, sans trop rentrer dans le détail, de vous expliquer (et en mettant des liens pour ceux qui souhaitent creuser) ce qui se cache vraiment derrière ces noms et nombres.
On appellera « aliment brut » les aliments dans leur état originel (un fruit récolté, par exemple) pour éviter l’appellation « naturel » qui porte souvent à confusion.

La nutrition n’est pas une science exacte, elle s’actualise en fonction des connaissances, mais il faut tout de même constater que le plus gros problème lié à l’alimentation (de nos jours en France) reste la sur-alimentation et la sédentarité.
Parfois, on ne connaît pas encore les mécanismes sous-jacents à certaines pratiques alimentaires malgré qu’on voit qu’il peut y avoir des relations (corrélation n’est pas causalité, tant qu’on n’arrive pas à montrer le lien direct, on le suppose).

D’autres facteurs à plus larges échelles ont également un impact, comme le fait d’avoir eu des grands-parents ayant connu une période de disette (facteur épigénétique), avoir été allaité bébé (facteur microbien et microbiote), avoir eu une bonne alimentation durant les premières années de vie, l’impact sociétal des grandes distributions dans le choix des produits présentés en rayon et leur impact sur le marché local, de nombreux facteurs socio-économiques (comme le prix du produit et le budget alloué) etc.

Enfin, n’oublions pas que le choix dans la nourriture est un luxe et que de nombreuses personnes n’ont pas accès à suffisamment de nourriture dans le monde actuellement, là où d’autres sur-consomment et que, paradoxalement, les aliments les plus énergétiques, sont les moins chers (junk-food) mais aussi les moins sains.

Cet article étant assez long et dense, la suite est visible par le lien ci-dessous pour ne pas gêner le déroulement du reste de la page pour les personnes non intéressées.

(suite…)