Mon jeu du moment – Novembre 2022

Je profite des portages de jeux sur la Switch pour les découvrir, donc pas de jeux « récents » (quoique…) mais pour le coup, pas trop !

Bon, cette fois, mon coup de cœur est…

NieR Automata : The End of YoRHa Edition

Un jeu qu’on ne présente plus depuis 2017 maintenant ! 5 ans de retard c’est pas trop tard non ?

Le portage est très correct quand on voit le monstre qu’est ce jeu à lancer pour un PC et absolument pas dégueu pour la Switch.

Pour la Switch on a le droit à une belle limitation à 30 FPS, quelques chutes d’images par secondes par moment, des détails passés à la moulinette, des ombres et des lumières pas nettes, une distance d’affichage correcte… Mais qu’importe ! Si j’avais voulu être difficile j’avais qu’à le faire sur Windows !

Ce jeu reste un monument ! Un jeu qui fait réfléchir sur l’Homme, la machine et surtout l’entre-deux !

Une machine peut-elle penser ? Peut-elle évoluer ? Les sentiments humains sont-ils vraiment insaisissables ? Intranscriptibles ? La ressemblance physique est-elle un argument en faveur d’une digne descendance à l’humanité ? Doit-on toujours répéter les erreurs pour mieux les apprendre ?

Bref, beaucoup de questions métaphysiques que nous pose cette œuvre en filigrane !

Il y a 26 fins possibles dans le jeu, mais réellement 3 font partie de l’histoire et seront obligatoires pour avancer.

Je n’ai pas vu ce jeu comme du « Die & Retry », car non déjà, la mort est assez punitive et il ne faut pas recommencer plusieurs fois le jeu.
L’histoire est composée en chapitres, il y a donc 3 chapitres avec 3 histoires différentes et 3 manières de jouer différentes qui se suivent dans le temps, donc même si vous avez perdu du temps sur les quêtes optionnelles au départ, ce n’est pas perdu.

Le jeu en lui-même en difficulté « Normale » n’est pas si dure, il faudra surtout comprendre comment bien esquiver puisque le jeu ne vous dit absolument rien !

Un tuto ? Facile ! Il y a un bouton pour taper, un autre pour encore taper, ha et ce petit bouton pour esquiver et voilà bonne chance ! ;)
(Pas mal de trucs sont cachés sur le déplacement en autres).

L’équipement s’améliorant au fur et à mesure, c’est autant plus simple quand on a compris comment se débrouiller.

Compter une bonne 60aine d’heures pour finir le jeu, un peu plus pour le 100%.

Un coup de cœur vidéoludique que je recommande ! (même sur Switch !)

Mise à niveau automatique à Ubuntu 22.04 !

Passage avec l’outil automatique d’Ubuntu d’une version 20.04 à 22.04 hier.

Eh ben… rien à signaler ! Ce sera bien la première fois ! J’ai déjà fait la mise à niveau de la version 18.04 à la 20.04 en automatique, je cumule donc 2 versions.

Ubuntu 22.04 propose donc une version dite « Wayland » et une autre « Xorg ».

La version Wayland bug un peu, quelques trucs ne sont pas compatibles dont le « mode nuit » intégré à Ubuntu (qui remplace « Red Shift ») pour avoir une lumière tirant vers le rouge le soir, ce qui me sert pas mal et est donc un critère assez déterminant.

La version Xorg a mérité 1 ou 2 redémarrages de plus histoire que tout soit parfaitement correct mais sinon rien de grave.

ÉVIDEMMENT tout ceci ne concerne que mon utilisation minuscule que je peux faire d’un PC.
Pour les autres, il vaudrait apparemment mieux rester sous la version 20.04… Pour le moment !


Le Dock de base d’Ubuntu ne me va pas du tout pour ma manière de travailler, il a fallu que je réinstalle « Gnome-Shell » pour remettre « Dash to panel » qui me correspond parfaitement et est précisément ce que j’attends d’un bon Dock une fois paramétré.

L’application Gnome-Shell ne semble pas se lancer suite à l’installation classique, il est toujours possible de passer par le lien : https://extensions.gnome.org/local/

Pour faire fonctionner l’application « Gestionnaire d’extensions », il faut passer par l’installation via Flatpak :

flatpak install flathub com.mattjakeman.ExtensionManager

(Source : https://ubunlog.com/fr/extension-manager-busca-e-instala-extensiones-sin-navegador/)


Firefox passe automatiquement en version « Snap », pour le moment je n’ai pas vu la différence pour mon utilisation mais il semble qu’il y ait quelques soucis pour certains.


Cette version corrige aussi un truc qui traînait depuis un moment, à savoir l’ouverture d’un fichier texte depuis un serveur FTP qui passe par le gestionnaire de fichiers d’Ubuntu (voir ce billet que j’ai fait il y a 2 ans), maintenant suffit de double-cliquer sans se poser de question :)


En tous cas, Jammy la Méduse (nom de code de la version 22.04, ndlr) semble plutôt fonctionnel sous Xorg, Wayland pour le moment attendra d’être plus mature pour que je l’utilise.

Lehollandaisvolant.net – Lyon. Des croissants à 78 centimes à cuire chez soi : ce boulanger a eu une idée de génie | Actu Lyon

https://lehollandaisvolant.net/?id=20221106152029


C’est pas bête du tout.
Ok, le coût de la cuisson sera répercutée chez le client, mais la chaleur produite par le four aurait quoi qu’il en soit été dépensée en chauffage. Au final, ce n’est pas réellement une perte ni un surcoût.

Euuuuh ben si c’est un surcoût, c’est beaucoup plus énergivore en fait puisque pour faire chauffer 3 croissants chez soi va falloir allumer le four avec le préchauffage et l’énergie que ça implique, et ce, pour plusieurs personnes, alors qu’à la boulangerie, une fois que le four est lancé, c’est de l’entretien de chaleur…

Le concept existe déjà depuis longtemps, ça se trouve au rayon surgelé. Il existe la même avec les pains aussi à cuire chez soi.

Si l’énergie était aussi simple à gérer, je pense qu’en agro on se ferait pas chier à savoir si ça vaut le coup parfois de lancer une machine de fabrication en urgence en production pour un petit volume ou non par rapport au temps de travail, savoir si c’est rentable.

Le prix d’un produit est défini par le coût des matières premières, l’énergie utilisée, le temps de travail et le coût de la main d’œuvre, et évidemment le marketing (à savoir combien les gens sont prêts à dépenser pour acheter ledit produit).

NieR Automata en série animée !

Je n’ai pas vu passer l’info mais voilà !

Prévue pour Janvier 2023 !

Je suis justement en train de faire le jeu et j’ai franchement hâte de le voir en animé !

Ces maladies que nous oublions

On peut être anti ou pro vaccin, force est de constater que depuis la création de la couverture vaccinale, de nombreuses maladies ont disparu et pour lesquelles nous ne connaissons pas les effets !
Certaines étaient assez courantes et il est désormais rare de les voir.

Si vous pensez que la grippe saisonnière est quelques chose d’anodin, vous pouvez, pour le moment le virus n’est pas trop violent mais reste tout de même dangereux pour les personnes à risque, c’est-à-dire les gens immunodéprimés (VIH positif, personnes sous chimiothérapie, personnes ayant subies une greffe, personne avec des maladies immunitaires…), les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes en surpoids.

Ce qui fait tout de même pas mal de monde à protéger.

Pour les autres, un peu de fièvre, du repos et de la toux à différents degrés de gravité seront les symptômes majoritaires, mais rien de bien grave.

Maintenant, est-ce que vous connaissez les maladies pour lesquelles les vaccins existent ? Est-ce que vous connaissez leur symptômes ?

Il y a 11 vaccins en France obligatoires (dont un pour la « Fière jaune » pour la Guyane) :

MaladiesContagiositéSymptômesTraitement disponibles après contagionDate début du vaccin généraliséSituation actuelle en FRANCE suite vaccinSituation dans le MONDE avec l’état de vaccination actuel
Diphtérie
(bactérie)
Élevée
(toux)
Toux, angine, suffocation, atteinte du système nerveux central, asphyxie (décès)Injection d’antitoxine + Antibiotiques1945DisparueCirculante
Tétanos
(bactérie)
Nulle
(bactérie du sol présente partout dans le monde mais non transmissible)
Contraction musculaire intense douloureuse, suffocation, rupture de la colonne Antibiotiques + Antitoxine + Réanimation1940RareRare cas mais présente
Poliomyélite
(virus)
Transmission par aliments contaminés par des selles de personnes infectéesVariable : Asymptomatique dans la plupart des cas mais pouvant provoquer des paralysies variables ou risques respiratoiresAucunAnnées 1950DisparueRare mais en surveillance
Coqueluche
(bactérie)
Élevée
(Toux)
Fièvre, toux intense et longue (semaines), détresse respiratoireAntibiotiques + Rappels vaccinauxAnnées 1960PrésentePrésent
Rubéole
(virus)
Élevée
(Toux)
Exanthème (éruption cutanée) bénigne, Malformation du fœtus graveAucun1971RareRare dans les pays avec une forte couverture vaccinale
Rougeole
(virus)
Extrêmement élevée
(Toux)
Affaiblissement du système immunitaire, encéphalites grave, fatigue longue, nombreux symptômesAucun1983RareEn rebond conséquent, des centaines de milliers de cas.
Nombreux retard vaccinaux
Oreillons
(virus)
Élevée
(Toux)
Souvent sans gravité chez l’enfant, fièvre, gonflement important des glandes salivaires, méningites, risque de stérilité chez l’homme adulteAucun1971RareBaisse très conséquentes, rare
Haemophilius influenzae B
(pneumopathie et méningite)
(bactérie)
Faible
(Contact direct et étroit)
Méningites graves chez les jeunes enfants, septicémie, otites et conjonctivites avec séquellesAntibiotiques1992RarePrésente
Hépatite B
(virus)
Contact direct
(sexuel ou sanguin)
Souvent inapparente, jaunisse, inflammation du foie, nausées, fatigue, cancer du foieAucun1982PrésentePréoccupante
Pneumocoques
(bactérie)
Faible (contact direct)Pneumonies, méningites avec séquelles, fréquentes et graves (surdité, handicap neurologique).
Décès 1 enfant sur 10.
Complication à vie 1 enfant sur 3.
Antibiotiques mais à faible efficacité à cause de la résistance antibiotique1970PrésentePrésente
Méningocoque de type C
(bactérie)
Faible (contact direct)Méningites avec séquelles, décèsAntibiotiques intraveineux ou intramusculaires1970Présente
(500 cas par an)
Rare
Sources : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vaccination/vaccins-obligatoires
https://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins
https://www.chu-montpellier.fr/fr/vaccination/histoire-des-epidemes-et-de-la-vaccination

D’autres vaccins pour des maladies sont « facultatifs / recommandés » mais peuvent éviter certains risques pour les personnes plus faibles (nourrissons, personnes âgées, femmes enceintes, etc) par prévention : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/vaccination/vaccins-recommandes

Vous remarquerez que de nombreuses maladies présentes ici sont dues à des bactéries (et non des virus) et que le seul traitement préventif reste le vaccin.

En regardant parfois certaines maladies, on peut se dire qu’au vu des symptômes, la nécessité du vaccin n’est pas indispensable.
Cependant, il faut tenir compte de la contagiosité, lié au risque de contaminer beaucoup de monde ou non, et donc de la probabilité de toucher des personnes « faibles ».
Car, rappelons-le, se faire vacciner se n’est pas que pour soi, sinon ça ne sert pas à grand chose.

Même si la présence reste faible, le risque est toujours là. La propagation de ladite maladie est simplement restreinte par les vaccins.

(C’est comme la ceinture de sécurité, vous ne la mettez pas pendant ou après l’accident, ça ne vous évite pas un accident, vous pouvez connaître quelques rares personnes qui auraient pu avoir moins de séquelles si elles ne l’avaient pas mise, mais dans les faits, il y a beaucoup plus de personnes qui survivent d’accidents et qui ont me de dommages parce qu’elles avaient mis leur ceinture).

Car oui, contrairement aux idées reçues et véhiculées, un vaccin n’est pas que pour les virus.
Le fonctionnement des vaccins est complexe et varié car chacun ne fonctionne pas tout à fait de la même manière : https://www.vaccination-info.be/la-vaccination-c-est-quoi/.

De plus, je vous ai introduit dans le tableau les solutions « de secours », celles permettant de se faire soigner si on a tout de même la maladie dans la colonne « Traitement ».

Cependant, la présence de traitement ne garantie pas la guérison.

De plus, les traitements longs par antibiotiques favorisent la création de souches multirésistantes aux antibiotiques, ce qui en font des bactéries extrêmement difficiles à se débarrasser dans le temps, voire quasiment impossible maintenant pour certaines (à lire : https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/infections-associees-aux-soins-et-resistance-aux-antibiotiques/resistance-aux-antibiotiques).

Oui, les premiers vaccins ont parfois été des semi-échecs, avec des risques. Oui, il s’est passé plus de 60 ans depuis. Et oui, la médecine a continué à évoluer ainsi que les techniques de production des vaccins.
Maintenant, on peut considérer qu’ils sont fiables et répondent aux exigences sanitaires (celui contre le tétanos est 100% efficace par exemple).

Certaines maladies ont disparu de la surface de la planète comme la variole (une maladie éradiquée en moins de 50 ans qui contribuait tout de même pour 10% de la mortalité globale) grâce à la vaccination qui n’a donc plus lieu d’être.
D’autres ont presque disparues mais circulent encore, en France mais aussi ailleurs dans le monde.

Le fait d’être vacciné empêche donc la propagation de la maladie par « couverture vaccinale » (le fameux effet bouclier quand beaucoup de gens sont vaccinés) et évite la réintroduction de la maladie en France si elle circule encore ailleurs.
C’est pour cela que de nombreuses maladies que l’on pensait disparues resurgissent.

Je suis tombé sur cette page du Minstère de la Santé au Québec, je trouve qu’elle est vraiment bien faite pour le coup : https://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/vaccination/piq-communication/questions-et-reponses-sur-la-vaccination/

De nombreuses autres maladies existent bien évidemment, d’autres sont guérissables par traitement médicales, d’autres sont évitables par des améliorations de l’hygiène ou d’améliorations en sécurité sanitaire alimentaires telles que la pasteurisation (évite le botulisme), une meilleure hygiène corporelle (contre la gale), des moyens de protection physiques (contre les IST ou l’application de gestes simple et de bons sens), etc.

D’autres encore ont disparu mais en laissant des séquelles conséquentes :

Il est également intéressant de voir que notre rapport aux maladies est très lié à notre Histoire et que certaines ne datent vraiment pas d’hier (du début de l’élevage quelques fois !) et qu’elles ont donc posé problème jusqu’à très récemment !

Certaines maladies ne sont pas forcément d’actualités dans les pays « riches » mais risquent de le devenir avec les migrations de personnes ainsi que des vecteurs naturels de ces maladies (moustiques ou animaux) avec le réchauffement climatique actuel et l’évolution des climats.
De nouveaux vaccins sont donc à l’étude pour des maladies mais dont de nombreuses difficultés à créer une immunité avec cette méthode est encore difficile.
Le vaccin est une technique très efficace mais parfois compliqué à mettre en place car il demande de nombreuses connaissances dans plusieurs domaines très complexes !