Sensibilisation, prévention ou répression ?

Parfois je me demande si la prévention est réellement efficace…

Il suffit de voir certains contextes où les gens sont plus tenus par leur porte-monnaie que par leur bon sens.

Un exemple simple et efficace, la sécurité routière.

Demandez aux gens de respecter les distances de sécurité, les vitesses, les règles de priorité dans un but de prévenir un potentiel accident et constatez qui applique les règles.

Ajoutez maintenant une répression, une amende en gros, puis regardez qui change de comportement.

Verbalisez ceux qui ont enfreint les règles et demandez leur pourquoi ils ont été verbalisé. Les réponses seront les causes directes (excès de vitesse, dépassement par la droite, téléphone au volant, etc) mais jamais la cause indirecte qui est de mettre en danger les autres.

La prévention est censée prévenir, donner des outils pour que les gens comprennent qu’il y a un risque lié à certains comportements, un danger de 2nd rang, un danger indirect. La prévention doit forcément passer par la pédagogie pour être comprise et donc du temps pour des supports, du temps personnel pour les gens à les former, etc.

Mais force est de constater que très peu de monde comprend la pédagogie et que le seul truc qui marche ce sont les conséquences directes, l’argent.

Pourquoi une amende fonctionne ? Simplement parce que les gens n’ont pas beaucoup d’argent c’est tout et taper là où ça fait mal ça calme. Ce qui incite les gens à ne pas faire certaines choses c’est la balance entre la prise de risque et la conséquence, “est-ce que ça vaut le coup/coût de le faire tout de même ?”.

Le souci de la répression c’est sa limite. Pas de contrôle donc pas de risque. Vous voulez rentrer ivre ? Facile, suffit de passer par les routes où on risque de croiser le moins de gendarmes.

Vous voulez aller voir des gens pendant le confinement ? Facile, suffit de ne pas habiter en ville, de sortir la nuit ou de mentir sur ses attestations.

Est-ce que les gens comprennent pourquoi on les punit ? Non.

Est-ce que la répression est efficace ? Des fois, suffit de voir comment le nombre de gens sortant à la vue de tous pendant le début du confinement a diminué suite à l’augmentation de l’amende lors des contrôles surtout en Île-de-France (coucou les parcs bondés).

Est-ce que ça a réellement empêché les gens de sortir ? Pas sûr…
Je pense à des collègues qui publient des photos d’eux avec d’autres collègues ou certains de leur amis pendant le confinement (alors qu’ils n’habitent pas ensemble ni ne sont confinés ensemble), des voisins qui font des “soirées de voisinage” dehors à manger ensemble, etc.

Les enjeux de ce genre de situation sont pour la globalité, pas pour l’individuel. Si les gens ne le comprennent pas alors je vois pas ce qu’il faut faire de plus, surtout qu’en ce moment, ce n’est pas comme si les informations manquaient.

De toute manière, nous verrons si la pédagogie fait ses preuves lors de la levé du confinement puisque les gens pourront se voir de nouveau “dans une certaine mesure” vu que l’on pourra croiser plus de monde.

S’il y a un nouveau pic de malades, il faudra s’attendre à un nouveau confinement et ça voudra surtout dire que les gens ne respectent pas les consignes qui auront été mises en place, autrement dit, la distanciation sociale/physique et la prévention par l’hygiène.

Mes jeux du moment – Mai 2020

Pendant cette période de confinement, j’en ai profité pour tester quelques jeux :

Mario et les Lapins Crétins (Nintendo Switch)

https://www.nintendo.fr/Jeux/Nintendo-Switch/Mario-The-Lapins-Cretins-Kingdom-Battle-1233954.html

Recommandé par l’ami Matronix.
Un petit jeu sans prétention, superbe Crossover entre Mario et les Lapins Crétins.
Un jeu plutôt beau, marrant et avec une bonne durée de vie. Et un niveau de difficulté franchement correct !

Alors, clairement, pour moi, ce n’est pas un jeu pour les enfants.
C’est une sorte de XCOM, une équipe de 3 personnages avec chacun ses spécialités et son arbre de compétences et un côté beaucoup plus coopératif.

Une excellente surprise que je recommande !


Pyre (Linux, Mac, Windows)

https://www.gog.com/game/pyre

Un style un peu BD très agréable je trouve.

L’équipe derrière Bastion et Transistor, 2 autres jeux magnifiques et qui sont vraiment à faire !

Un gros gros coup de cœur pour ce jeu ! J’ai mis du temps à le commencer et je me demande pourquoi !

Le point fort de ce jeu est clairement son background très bien travaillé. Le jeu alterne entre des phases de combats (qui rappellent un sport de ballon) entre 2 “Triumvirat” (Union ou association de trois personnes pour exercer un pouvoir) dont le but est d’étouffer le feu adverse (servant de “but”), et des phases d’exploration où vous déplacerez votre chariot sur une carte afin d’avoir des bonus (ou non) pour le prochain combat. Ces phases plus calmes sont riches en texte, c’est un jeu très romancé vous êtes prévenus.
Le tout est très bien rythmé.

Un univers très poétique, on retrouve vraiment cette ambiance propre à cette équipe de développeur.
La pâte graphique est superbe, le jeu n’est pas un AAA mais il est d’une richesse incroyable !

Le gameplay pour les combats est assez simple de premier abord mais demande une certaine prise en main avec une difficulté croissante au fur et à mesure du jeu.

Le but ultime du jeu étant de délivrer les personnages que vous rencontrez lors d’un combat “final” où un seul et unique personnage sera libéré.
Et c’est là que ça devient intéressant : les personnages pouvant être libérés peuvent tout autant être ceux de votre équipe que ceux des équipes adverses, il n’y a pas de victoires ou de défaites, c’est une question de choix.
Et chacun de vos choix influera sur l’histoire du jeu mais aussi sur l’histoire entre les personnages en fonction de ceux qui restent ou non.

Une histoire réellement influencée par vos décisions avec une trame de fond vraiment énorme !

C’est clairement un jeu à faire et la bande son est toujours incroyable de la part de ce studio !

Plusieurs fins globales sont disponibles ainsi que plusieurs dénouements pour chacun des personnages.
Faites le sans tricher, assumez vos choix, vos “victoires” ainsi que vos “défaites” et accéder à la fin qui VOUS correspond.


The Shattering (Windows)

https://www.gog.com/game/the_shattering

Un “jeu” un peu étrange, une expérience plutôt. Assez minimaliste mais assez “puissant” en terme d’émotion même si ça reste très “flou artistique” et que j’ai arrêté d’essayer de comprendre toute l’histoire dès le Chapitre 2…

Je cite :

The Shattering vous place dans l’esprit de John Evans, où vous luttez pour assembler les fragments de votre passé et de votre présent. Ne pas se rappeler, c’est une chose, mais que se passe-t-il lorsque votre esprit vous emmène dans un passé tordu, rempli de faux souvenirs, pour vous mettre à l’abri de la vérité ?

https://www.gog.com/game/the_shattering

Le jeu se veut être un thriller psychologique et il est recommandé de NE PAS faire le jeu d’une traite tellement il peu être fort, émotionnellement parlant, pour certaines personnes.

Je suis assez mitigé pour le recommander, il est perturbant, très perturbant, mais un peu trop cliché par certains moments mais aussi très sujet à l’interprétation personnelle.
Il y a de très bonnes idées, notamment sur la construction des niveaux qui est vraiment son atout et surprend beaucoup, malgré quelques bugs graphiques légers par moment.

C’est un jeu osé qui traite de problèmes de société assez lourd mais dont la forme fait un peu défaut pour la compréhension du sujet et manque de profondeur.

Pour parler des problèmes psy, j’ai largement préféré “Hellblade : Sanua’s Sacrifice” par exemple.

Je sais pas si c’est moi ou non, mais le jeu a réussi à me faire éteindre 3 fois mon PC en mode sécurité…


Observer (Windows, Mac, Linux)

https://www.gog.com/game/observer

Un thriller psychologique dans une ambiance post-apocalyptique façon cyberpunk.

Un récit plutôt bien ficelé, une ambiance très particulière, très sombre et dérangeante bien que 90% du jeu se déroule dans un immeuble. Visuellement le jeu est top, plein de détails sont très bien pensés, avec des dialogues qui permettent aussi d’en apprendre beaucoup sur le monde dans lequel se déroule l’histoire.
Les effets audio participent énormément à l’immersion.

Une agréable surprise.

Un jeu strictement interdit aux épileptiques !!! Très déroutant, voire trop, qui manque parfois de structure dans ce que le jeu nous montre.

Son gros défaut pour moi, c’est qu’à trop vouloir en faire, on finit par se lasser, trop d’images bizarres sans forcément de rapport avec l’histoire ou autre, à trop vouloir faire de dérangeant on ne fait plus attention et on arrête à essayer de comprendre… Ajouter des phases à la “Outlast“, avec des passages de cache-cache pas forcément pertinents dans ce genre de jeu qui cassent un peu l’immersion.

Un jeu marquant n’est pas forcément lié à des images WTF à tout va… Certains passages sont vraiment sympas mais faut s’accrocher.

Changer le FOV dans les options est très recommandé.


SOMA (Windows, Mac, Linux)

https://www.gog.com/game/soma

Par le créateur d’Amnesia (on oublie “A Machine for Pigs” qui était très moyen…), SOMA est un petit chef-d’œuvre de la SF !

Un jeu SF horreur sans trop de moments effrayants, sans armes, sans secours…

Sans trop spoilé, j’étais vraiment passé à côté de ce jeu.
Son scénario est très bien écrit et tout est expliqué mais de manière implicite !

L’immersion dans ce jeu est totale. La rythmique très bien dosée entre les différentes phases (exploration, admiration et poursuite), les effets sonores très sympa (forcément à faire avec un casque dans le noir…), des “énigmes” logiques qui ne bloquent pas mais surtout, des choix moraux.

Ces choix n’ont aucune conséquence sur le jeu, ou presque.

Quel intérêt donc ? Certains dialogues changent légèrement mais ce sont des choix cruciaux et humains que vous devrez choisir, qui modifieront votre perception de la fin en fonction de ce que vous avez choisi de faire.

Cette histoire de choix me rappelle énormément “Undertale” (que je recommande vraiment même si son design peut paraître moche).

Car, dans ce jeu, l’histoire n’est pas expliquée entièrement, ce sera à vous de comprendre ses nombreuses subtilités par les nombreuses notes, audios et dialogues, mais aussi par votre sagacité et votre sens de l’observation qui font de ce jeu, un véritable livre de SF !

Pour ma part, c’est clairement un jeu à faire !

Utiliser un masque correctement et quelques explications de santé

Les masques vont arriver et j’espère qu’ils seront accompagnés d’une notice explicative.

En attendant, sachez que l’OMS a une planche sur son site : https://www.who.int/images/default-source/health-topics/coronavirus/risk-communications/general-public/protect-yourself/infographics/masks-infographic—final.tmb-1920v.png

Pour les non-anglophones, je me suis permis de la traduire.

Les bons gestes sur le port du masque.

Il est toujours bien aussi de rappeler que le masque ne vous protège pas d’une infection mais sert à protéger les autres de vos postillons.

Ce n’est pas un remède au COVID-19.

Les gestes barrières sont les seules mesures efficaces qui permettent de vous protéger et de protéger les autres au cas où vous seriez contagieux.

Le masque seul n’est d’aucune efficacité ! Il ne remplace pas les gestes barrières, il les complète à la seule condition que vous l’utilisez correctement, sinon il ne sert à rien.

Le port du masque peut donner l’impression d’un faux sentiment de sécurité et favoriser la transmission de maladies si vous ne respectez pas impérativement les gestes barrières qui évitent de propager des germes :
– Garder ses distances même avec le masque.
– Se laver régulièrement les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique non-dilué même avec le masque.
– Se débarrasser de son masque souillé.
etc.

Les masques en tissu “maison” son inutiles. Ils n’ont pas de microfiltre pour filtrer les particules.

L’utilisation d’un masque est limité à 3h maximum ou dès qu’il devient humide. Un masque humide favorise le développement de bactéries (qui continuent d’être présentes même avec le COVID-19) à l’intérieur du masque.

Pour les masques en tissu “hospitalier”, ils doivent impérativement être lavés à 60°C pendant 15 à 30min entre chaque utilisation. Les trop hautes températures abîment le tissu et donc diminue la capacité à filtrer.

Par contre, on ne connaît pas l’efficacité de ces masques une fois qu’ils sont lavés… (https://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/coronavirus-quatre-choses-a-savoir-sur-les-masques-en-tissu-a-rennes-23-04-2020-12543206.php)

✋ TUTO : Gestes barrières contre la connerie virale – DEFAKATOR

C’est d’actualité, c’est pertinent, ça DOIT être partagé !

Pour le geste 1, ça s’appelle de “l’Ultracrépidarianisme” (https://secouchermoinsbete.fr/80979-l-ultracrepidarianisme-quand-on-parle-de-choses-qu-on-ne-connait-pas)

Si vous ne connaissez pas, je vous conseille sa chaîne évidemment.

Les futures épidémies que nous vivrons – DBY #68 – YouTube

Malheureusement c’est assez bien résumé…

Il faut évidemment savoir que les animaux domestiques nous ont apportés beaucoup de maladies tout du long de notre grande histoire de la domestication. Et sans doute, réciproquement ?

Les animaux “de ferme” ont été domestiqué relativement récemment dans l’Histoire de l’Homme.

Cette domestication ne s’est pas faite du jour au lendemain et bon nombre de maladies pour lesquelles nous avons des vaccins actuellement (comme la coqueluche, la tuberculose et la diphtérie) viennent de ces animaux et ont été transmises à l’Homme à force de contacts prolongés, surtout durant les débuts de la domestication.

Au fur et à mesure des générations, les survivants ont acquis une certaine résistance à ces maladies et ont rendu le rapprochement entre l’Homme et ces animaux encore plus facile.
Les échanges qu’on a pu également avoir avec les asiatiques a renforcé l’échange de maladies également et de pathogènes pour lesquels, encore une fois, les survivants se sont habitués et sont devenus donc des “porteurs sains” (on a les pathogènes, virus ou bactéries, mais leur impact sur notre santé est très faible).

C’est ainsi que lors des premières visites aux Amériques, des millions d’amérindiens sont morts de maladies pour lesquelles nous étions devenus très peu sensibles, mais pour eux c’étaient des siècles de domestication et d’adaptation qui sont arrivés d’un coup.
En effet, les amérindiens n’étant que très peu portés sur la domestication animale comme on l’était (leur alimentation très végétarienne avec le maïs et le haricot comblait en grosse partie les manques nutritionnels de la viande), les maladies animales auxquelles ils étaient soumis étaient bien moins virulentes que pour les européens, ou du moins, pas les mêmes.

C’est pour ça, qu’en venant poser pieds sur le continent des Amériques, ce ne sont pas les européens qui ont été décimés de maladie, mais les amérindiens qui avaient très peu de maladies “en dormance” à nous refiler.