Voyage au pays des maths – Arte.tv

Un petit post pour partager une rare pépite de la vulgarisation mathématiques, vaste domaine très complexe pour de nombreuses personnes et qui ne demande qu’à être vulgarisé pour mieux se faire connaître et (peut être) apprécié.

Et c’est Arte cette fois qui l’a fait !

Je vous laisse découvrir cette mini série de 10 épisodes d’une 10aine de minutes chacun où « on ne va pas vraiment faire de maths mais juste jeter un œil au paysage »

https://www.arte.tv/fr/videos/RC-021426/voyages-au-pays-des-maths/

ou sur Youtube :

https://youtube.com/playlist?list=PLCwXWOyIR22veT31gK5JwmqxuVc0Uoy8a

Windows et ses erreurs d’USB d’installation, encore et toujours ! Ou pas ?

J’ai été confronté récemment à un souci sur un PC avec un magnifique BSOD (écran bleu de la mort) où rien ne fonctionnait pour réparer Windows 10 (« windows\system32\boot\winload.exe » manquant, une catastrophe), pas même la réparation intégrée au démarrage de Windows.

Il a donc fallu faire un USB bootable (USB d’installation) pour réinstaller Windows.

Sauf que, créer un USB bootable c’était plus facile avant, et que sous Linux pour en créer pour Windows c’est compliqué.

J’ai donc essayé les logiciels suivants pour créer la clé :

Après avoir vérifié le hash (l’empreinte du fichier, son code unique d’intégrité) sur le site officiel, avoir désactivé le secure boot, bien vérifié que le BIOS était en legacy (ancien), bien activé l’option MBR du live-USB (MBR pour le legacy et GPT pour l’UEFI), changé le port USB pour la clé USB, avoir vérifié que ma clé USB faisait plus de 8 Go… Mais toujours un problème.

J’avais également le message d’erreur bizarre « GNU GRUB Minimal Bash-like line editing is supported » alors qu’il n’y avait pas de dual boot Linux/Windows.

J’avais aussi une boucle de la mort au message « Press any key to boot from CD/DVD/USB ». Impossible de passer à l’étape suivante sans que l’écran réapparaisse sans cesse…

Bref, c’était la merde !

Et je me suis décidé, après plusieurs heures, de tester une nouvelle clé USB.

Et là, BINGO !… On se dit qu’on est con ! \o/

La clé USB était morte, c’est tout...


Mais ça m’a permis de découvrir VENTOY, un magnifique outil de création d’USB d’installation pour Windows et de live-USB pour Linux !

Il suffit de télécharger le fichier compressé sur le site : https://www.ventoy.net/en/download.html et d’extraire l’archive.

D’insérer sa clé USB vierge, d’ouvrir « VentoyGUI.x86_64 », dans les options de choisir le type de partition MBR ou GPT, d’activer ou non le Secure Boot et de cliquer sur « Installation ».
Une fois fait, il suffit de copier-coller l’ISO sur la clé USB.

Ce qui est pratique, c’est que si jamais vous vous êtes trompés pour le secure boot ou le type de partition, pas besoin de tout recommencer, il suffit d’ouvrir VENTOY avec sa clé USB branchée, de modifier les paramètres qu’on veut et de cliquer sur « Mise à jour » pour mettre à jour le fichier de VENTOY pour adapter le démarrage.

Et voilà !

Interface graphique de VENTOY

Quelques conseils à faire et à ne pas oublier pour les prochaines fois pour éviter de perdre du temps :

  • Utiliser une clé USB NEUVE et en prendre une d’au moins 16 Go.
  • Essayer plusieurs ports USB avant de râler et de formater 40 fois la clés.
  • Vérifier l’intégrité du fichier ISO de Windows téléchargé surtout avec une connexion un peu capricieuse.
  • Se souvenir que râler ça n’aide pas forcément !
  • Créer un point de restauration dès le départ dans Windows (qui est désactivé par défaut) : https://www.proservices-informatique.fr/creer-point-de-restauration-windows-10/

Lehollandaisvolant – Après les sacs plastique, c’est quoi le problème avec les tote bags ?

https://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20220710091016

J’ai récemment écouté un podcast sur France Culture qui parlait de recyclage (dans leur émission, il y en a plusieurs qui traitent de recyclage et écologie, je vous recommande de les écouter tant les points abordés sont intéressants).

Un des intervenants (un thésard), parlait de son projet à base de mégots.

L’intervenante a été la seule à penser que la démarche était foireuse, comme de nombreux projets « éco » ! Alors que c’est une évidence !

C’est le même problème qu’avec les gobelets réutilisables (les fameux « Écocups » – voir : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/esprit-sport/esprit-sport-du-vendredi-01-juillet-2022-4433675).

Le souci ? C’est que ces nouveaux objets et matériaux créés à partir de recyclage ne sont pas eux-mêmes recyclables ! WTF ?!

On ne repousse le problème du gaspillage et du déchet que d’une génération puisqu’au final il y aura tout de même un déchet, et que bien souvent, ces objets/matériaux de 2e génération ne sont pas étudiés pour savoir comment ils vont évoluer dans le temps !

C’était comme ce fameux projet de briques à partir de mégots, l’idée est bonne mais ça reste une idée. RIEN n’a été fait pour savoir si le matériau était fiable dans le temps, ni s’il allait durer, ni s’il était lui même recyclable après sa durée de vie, ni même s’il pollue en relarguant des microparticules ou toxines !

C’est complètement inconcevable. Et ça se dit « développement durable » simplement pour bénéficier de subventions.

Le véritable problème reste le gaspillage et la surconsommation.

Si les objets et matériaux fabriqués prenaient en compte leur devenir dans le temps et leur impact sur le système global ce serait déjà bien.

De toute manière le plastique est une vraie plaie même s’il est hyper pratique. Les alternatives qui existent ne sont rien d’autres qu’un retour en arrière de matériau qui existaient à l’époque où le plastique n’existait pas.
(Un autre podcast qui retrace l’histoire du plastique, son essor et pourquoi il est devenu problématique : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/eureka/plastique-du-pratique-au-tragique-3839580).


Pour le coup je vous recommande très fortement ce podcast vraiment instructif : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/la-methode-scientifique/recyclage-3893495

[MÀJ] Android 12 et ancienne version : Régler correctement le mode « Ne pas déranger »

Parce que je ne suis pas forcément d’accord sur le fait que ce soit à la personne qui envoie les messages à se demander s’il vous dérange ou non, et que je ne suis pas tout à fait d’accord de me dire que c’est à moi de mettre le téléphone en silencieux quand je ne veux pas être dérangé.

Tout comme je n’ai pas envie que des personne viennent sonner chez moi le soir tard et que je n’ai pas envie de laisser la fenêtre ouverte quand il y a du bruit dehors.

Déjà, régler ses applications en enlevant les notifications qui ne sont pas importantes est un bon début pour une meilleure tranquillité.

Ensuite, il y a le mode « Ne pas déranger » sur Android (et sans doute sur iOS aussi) qui permet d’éviter de se faire réveiller par n’importe qui parce que vous avez oublié de mettre votre téléphone en silencieux.

Reste évidemment à bien régler ce mode qui n’est pas très intuitif.


Pour ce faire, aller dans les paramètres d’Android puis chercher « ne pas déranger ».

Suivant la version de votre Android, les paramètres ne sont pas tout à fait les mêmes, mais globalement il faut remplir comme ceci :

  • Appels : à vous de choisir, personnellement j’ai mis « Contacts favoris uniquement » pour des gens à qui je peux répondre en cas d’urgence
  • Appels fréquents / récurrents : autoriser (en cas de vrai problème)
  • Alarmes, rappels et événements : à autoriser (ce serait bête de ne pas se faire réveiller à cause de ce mode)
  • Programme / Horaires : Weeknight (cocher les jours voulus) et vérifier que le programme est bien activé
  • Heure de début : à vous de voir à partir de quelle heure vous ne voulez plus être dérangé
  • Heure de fin : idem
  • Durée par défaut / Pour combien de temps : Jusqu’à la désactivation
  • Cocher « l’alarme peut remplacer l’heure de fin » sur les anciennes versions d’Android

Pour les versions récentes d’Android (12), l’alarme est dissociée du mode « ne pas déranger » par défaut.

Attention à bien cocher « Alarmes » dans les exceptions du mode « Ne pas déranger ».

Petite subtilité, IL NE FAUT PAS activer le mode une fois règlé ! Il s’activera tout seul avec la programmation des heures qu’on vient d’inscrire. Si l’activation du mode est faite manuellement, il faudra le désactiver manuellement également par défaut…

Si votre réveil ne se déclenche pas en plein écran, aller dans :

« Paramètres > Notifications »

Si vos notifications sont sous format « Bref », cliquer sur « Applications incluses » et décocher Horloge.

Android : ouvrir une URL spécifique avec une application

Il est possible de forcer un lien internet de s’ouvrir via une application quand celle-ci ne le fait pas par défaut.

Vous choisissez, par exemple, une application tierce pour remplacer Youtube (qu’on ne peut pas désinstaller sur les smartphones Android non « root », c’est-à-dire déverrouillage total, mais il est possible de le désactiver ;) ).

Il suffit d’aller dans les paramètres Android > Applications > Cliquer sur l’application en question > Application par défaut > Cocher « Ouverture liens pris en charge »

Si l’application est bien faite, la ligne « Adresse Web prises en charge » se dégrise et il est possible de cocher les liens déjà proposé si du choix est fait en cliquant dessus, soit de ne pas les cocher mais de voir pour quels liens l’application s’ouvre.

C’est particulièrement utile par exemple quand on fait une recherche sur le web et qu’on doit ouvrir un lien en question (ici Youtube, sans devoir copier le lien et l’ouvrir dans l’application de son smartphone).

Récupérer et générer un fichier APK de son smartphone Android

Il peut arriver qu’il y ait besoin d’installer des applications sur son téléphone téléchargées ailleurs que sur le Play Store et que parfois, ces mêmes applications ne sont plus accessibles du jour au lendemain (par les ayant droits par exemple, à tout hasard).

Et c’est d’autant plus embêtant quand vous changez de téléphone et que vous avez besoin de cette application qui fonctionne encore bien sur votre ancien téléphone.

Une solution est d’utiliser l’application « Files » de Google, d’aller dans « Applications », d’aller sur l’application voulue, cliquer sur les 3 points et faire « Partager ».

Ceci extraira automatiquement le fichier APK à partir de l’application.

Reste ensuite à savoir où l’envoyer et de la récupérer sur son nouveau smartphone pour l’installer.

Facebook : se connecter à plusieurs comptes sur son application

Il peut arriver, pour diverses raisons, de vouloir ajouter plusieurs comptes sur son application pour partitionner ses besoins, comme par exemple avoir un compte perso et un autre un peu plus pro pour certains groupes et ne pas tout avoir sur un compte.

Sur beaucoup de sites, la méthode la plus couramment citée passe par l’utilisation d’une application de clonage comme « Parallel Space », ou encore d’installer « Facebook Lite » ou d’utiliser des outils de jumelage disponible installé de base (ou non) sur votre smartphone.

Le but de ces manipulations est de se connecter avec 2 comptes différents sur 2 applications différentes.

Il existe cependant une astuce sans devoir installer d’applications autre que celle de Facebook.

(Étant sous Android, je donne la méthode pour l’application Android, mais ça doit être la même chose sous iOS).

Cette technique permet d’ajouter au moins 2 comptes simplement de la manière suivante :

  1. Sur votre application, aller dans l’onglet Menu
  2. Descendez tout en bas et choisir « Déconnexion » (oui il va falloir se déconnecter dans un premier temps)
  3. Choisir ensuite « Se connecter à un autre compte »
  4. Entrer l’identifiant et le mot de passe du 2e compte auquel on veut avoir un raccourci
  5. Sur ce 2e compte, aller sur l’onglet Menu ≡
  6. Appuyer sur la miniature de votre 1er compte à droite du nom de votre 2e compte
  7. (Si rien ne s’affiche, ça peut être un bug graphique de l’application, appuyez tout de même à l’endroit indiqué sur la photo où devrait se trouver le raccourci)
  8. Connectez-vous à votre 1er compte
Raccourci entre les 2 comptes

Et voilà ! Changez de compte à tout moment par la suite avec ce raccourci !

Simple et efficace !

Mon jeu du moment (02/22)

Exception à la règle, ce ne sera qu’un jeu présenté, manque de temps pour jouer oblige.

Ce jeu n’est pas tout récent, mais ça fait un moment qu’il traînait dans ma bibliothèque (depuis sa version beta en fait…) et j’ai préféré le faire sur Nintendo Switch.

Comme toujours, ce n’est pas sponsorisé, ce n’est que mon avis.


Hades

Une autre pépite de l’excellent studio qu’est SUPERGIANT (Transistor, Bastion et Pyre). Celles et ceux qui me lisent régulièrement connaissent mon amour pour ce studio et ses jeux que je ne peux que recommander les yeux fermés !

Un format un poil différent pour ce jeu qui est un Hack&Slash, un peu déroutant mais qui reprend, selon moi, le meilleur de ses 3 autres jeux pour en faire un combo parfait !

Une prise en main simple et bien pensée, nerveuse, aucun bug, très beau graphiquement parlant avec cette vue isométrique propre au studio, une narration digne d’un roman et comme toujours d’excellentes musiques qui donnent le rythme !

Récemment, le jeu a remporté le prix Hugo, un prix littéraire généralement réservé aux romans : https://www.ign.com/articles/hades-makes-history-as-the-first-video-game-to-win-a-hugo-award

Et je dois dire, que le prix est amplement mérité !

Moi qui trouvait déjà que leur jeu « Pyre » était un excellent pavé de dialogue avec un rythme bien à lui dont vos choix vont faire différer la narration, Hades remonte encore le niveau d’un cran et se permet de très très nombreux dialogues et échanges entre les personnages qui se déclencheront en fonction de votre historique et des situations.

Chaque personnage est travaillé avec détails, sur leur histoire et leur rapport les uns aux autres.

Moi qui d’habitude ne suis pas très jeu de ce style, j’ai appris à aimer le « Die & Retry » (littéralement, « Mort et recommence ») où la progression ne peut se faire qu’avec la mort du personnage.

Une histoire en fond de mythologie grecque, vous incarnez Zagreus, qui tente désespérément de s’échapper des enfers et de l’emprise de son père, le grand Hades.

Un scénario que je ne divulguerais pas tant les rebondissements méritent d’être découverts par le jeu, mais sachez qu’il ne sera pas aisé d’atteindre la surface et que le jeu ne dévoilera son cœur seulement lorsque la sortie sera atteinte pour la première fois.

Aucune frustration dans la mort et dans le recommencement tant il y a de choses à découvrir.

Aucune frustration non plus dans la difficulté qui peut s’accroître progressivement dès la première échappée, de quoi pousser plus loin les surprises à découvrir !

Chaque « rush » dure environ 30min pour arriver à la fin, si tout se passe bien !

Un jeu qui sait se dévoiler dans la longueur où chaque rencontre vous donne envie de toujours avancer.

Maintenant que le jeu a bientôt 2 ans, il est souvent en promo, et très sincèrement, si vous ne l’avez pas essayé, je vous le conseille.

Enseignement des sciences : trouver la bonne formule – France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/enseignement-des-sciences-trouver-la-bonne-formule

Un podcast très intéressant sur notre rapport aux sciences et un petit débat sur le pourquoi, nous Français, sommes globalement à chier en sciences et comment on peut rendre les sciences plus sympas avec quelques pistes de réflexion.

En en discutant, on m’a également dit qu’en France on a une typicité culturelle bien à nous : on se moque très facilement.

Et qu’en tant que gros beaufs de service qui pensent être mieux que les autres en les pointant du doigt mais sans en faire plus avec notre grande gueule, on a tendance à se moquer des gens avec de la connaissance plutôt que de s’avouer à soi-même qu’on n’a pas assez de connaissance et qu’on ne connaît rien ou qu’on ferait pas mieux (parce qu’on ne peut pas tout connaître, et que ce n’est pas honteux, mais qu’en ne faisant pas d’effort dans ce sens c’est sûr que ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant ! Y a qu’à voir quelqu’un essayer de parler anglais en galérant mais en faisant l’effort, et admirer la réaction des autres autour qui ne savent pas faire mieux).

Voir également : https://lokoyote.eu/quand-la-connaissance-est-vue-comme-du-mepris/

Ubuntu : Installation de NordVPN avec interface

Un petit article « Tuto » après avoir un peu ramé pour installer l’application pour l’ensemble du système et non simplement sur Firefox (qui n’a besoin que de ce plugin).

I – Installer le client NordVPN : https://support.nordvpn.com/fr/FAQ/Tutoriels-de-configuration/1569821472/Installation-et-utilisation-de-NordVPN-sur-Linux.htm
Voilà ! Vous pouvez dès à présent vous connecter en ligne de commande, mais bon, ce n’est pas hyper convivial…

II – Installer une application avec interface graphique (GUI) : https://github.com/GoBig87/NordVpnLinuxGUI
Plus simple pour switcher entre les serveurs et avoir un visuel sur l’état du VPN.
Télécharger le zip (Bouton « Code » > « Download ZIP »), décompresser le zip, ouvrir le fichier « installer.sh » dans un terminal (faire un clique-droit dans la fenêtre > Ouvrir dans un terminal et taper la ligne suivante pour lancer le fichier d’installation.

./installer.sh

Enfin, chercher dans votre liste d’application « NordVPN ».

Interface graphique NordVpnLinuxGUI

Il est possible qu’il faille redémarrer le PC pour que le logiciel fonctionne.

III – Installer NordIndicator : https://github.com/dvilelaf/NordIndicator
Un petit indicateur visuel pour savoir si on est connecté au VPN ou non et surtout dans quel serveur.

Interface NordIndicator

Télécharger le fichier zip de la même manière que NordVpnLinuxGUI puis lancer le fichier « NordIndicator.py » qui devrait se lancer comme un fichier exécutable.
Si ce n’est pas le cas, faire un clique-droit dans le dossier, ouvrir un terminal et taper :

python3 NordIndicator.py install

Normalement, tout devrait à présent fonctionner.