Coup de coeur

Enseignement des sciences : trouver la bonne formule – France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/enseignement-des-sciences-trouver-la-bonne-formule

Un podcast très intéressant sur notre rapport aux sciences et un petit débat sur le pourquoi, nous Français, sommes globalement à chier en sciences et comment on peut rendre les sciences plus sympas avec quelques pistes de réflexion.

En en discutant, on m’a également dit qu’en France on a une typicité culturelle bien à nous : on se moque très facilement.

Et qu’en tant que gros beaufs de service qui pensent être mieux que les autres en les pointant du doigt mais sans en faire plus avec notre grande gueule, on a tendance à se moquer des gens avec de la connaissance plutôt que de s’avouer à soi-même qu’on n’a pas assez de connaissance et qu’on ne connaît rien ou qu’on ferait pas mieux (parce qu’on ne peut pas tout connaître, et que ce n’est pas honteux, mais qu’en ne faisant pas d’effort dans ce sens c’est sûr que ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant ! Y a qu’à voir quelqu’un essayer de parler anglais en galérant mais en faisant l’effort, et admirer la réaction des autres autour qui ne savent pas faire mieux).

Voir également : https://lokoyote.eu/quand-la-connaissance-est-vue-comme-du-mepris/

On sait que c’est fake. On s’en balek. – YouTube DEFEKATOR

Attention, cet article date de 1 an, les informations peuvent ne plus être à jour...

https://www.youtube.com/watch?v=W18vrY0SaT8

Si vous ne connaissez pas encore, je vous invite très sincèrement à vous pencher un peu sur le bonhomme, qui, malgré son costume et son pseudo, ne fait pas du tout dans le superficiel ou la connerie.

Ce n’est pas parce que pour vous les fake lues sur le net semblent grossiers et sans intérêt qu’il faut les laisser, pour d’autres qui n’auraient pas les mêmes connaissances et les mêmes garde-fou pour les voir, ils seraient tentés de prendre l’infox comme une vraie info.

Un de mes Youtubeur préféré concernant l’hygiène mentale et l’esprit critique.

Les Allemands ont réalisé la meilleure prévention anti-Covid-19 – YouTube

Attention, cet article date de 2 ans, les informations peuvent ne plus être à jour...

Haha j’adore ! Heureusement que ce n’est qu’une « grippe ». Il y a des virus bien pire avec un taux de mortalité bien plus élevé et là, on serait vraiment confiné et en état de « pseudo guerre », genre ça :

(Vidéo que je recommande entièrement évidemment).
Un peu de lecture : https://fr.wikipedia.org/wiki/Infection_à_virus_Nipah

✋ TUTO : Gestes barrières contre la connerie virale – DEFAKATOR

Attention, cet article date de 3 ans, les informations peuvent ne plus être à jour...

C’est d’actualité, c’est pertinent, ça DOIT être partagé !

Pour le geste 1, ça s’appelle de « l’Ultracrépidarianisme » (https://secouchermoinsbete.fr/80979-l-ultracrepidarianisme-quand-on-parle-de-choses-qu-on-ne-connait-pas)

Si vous ne connaissez pas, je vous conseille sa chaîne évidemment.

Les futures épidémies que nous vivrons – DBY #68 – YouTube

Attention, cet article date de 3 ans, les informations peuvent ne plus être à jour...

Malheureusement c’est assez bien résumé…

Il faut évidemment savoir que les animaux domestiques nous ont apportés beaucoup de maladies tout du long de notre grande histoire de la domestication. Et sans doute, réciproquement ?

Les animaux « de ferme » ont été domestiqué relativement récemment dans l’Histoire de l’Homme.

Cette domestication ne s’est pas faite du jour au lendemain et bon nombre de maladies pour lesquelles nous avons des vaccins actuellement (comme la coqueluche, la tuberculose et la diphtérie) viennent de ces animaux et ont été transmises à l’Homme à force de contacts prolongés, surtout durant les débuts de la domestication.

Au fur et à mesure des générations, les survivants ont acquis une certaine résistance à ces maladies et ont rendu le rapprochement entre l’Homme et ces animaux encore plus facile.
Les échanges qu’on a pu également avoir avec les asiatiques a renforcé l’échange de maladies également et de pathogènes pour lesquels, encore une fois, les survivants se sont habitués et sont devenus donc des « porteurs sains » (on a les pathogènes, virus ou bactéries, mais leur impact sur notre santé est très faible).

C’est ainsi que lors des premières visites aux Amériques, des millions d’amérindiens sont morts de maladies pour lesquelles nous étions devenus très peu sensibles, mais pour eux c’étaient des siècles de domestication et d’adaptation qui sont arrivés d’un coup.
En effet, les amérindiens n’étant que très peu portés sur la domestication animale comme on l’était (leur alimentation très végétarienne avec le maïs et le haricot comblait en grosse partie les manques nutritionnels de la viande), les maladies animales auxquelles ils étaient soumis étaient bien moins virulentes que pour les européens, ou du moins, pas les mêmes.

C’est pour ça, qu’en venant poser pieds sur le continent des Amériques, ce ne sont pas les européens qui ont été décimés de maladie, mais les amérindiens qui avaient très peu de maladies « en dormance » à nous refiler.