Ce que l’hygiène sexuelle dit de notre société (et réflexion de santé)

Attention, cet article date de 3 ans, les informations peuvent ne plus être à jour...

L’obsession pour la détox intérieure renvoie à des aspirations très contemporaines, constate Maïa Mazaurette.

Source : Ce que l’hygiène sexuelle dit de notre société

 

Intéressant comme réflexion. En effet, je sais pas d’où vient ces modes dites “détox”. On en retrouve énormément en diététique.

Attention, je dis diététique et pas nutrition, ce qui n’est pas la même. En nutrition (la science de l’alimentation), on sait que les régimes détox ne servent à rien, vous n’êtes pas une machine qu’il faut désencrasser, ni une constitution de sacs qu’on peut vider comme ça.

Il en va de même pour le reste du corps.

J’ai l’impression dans le cas du nettoyage en profondeur (si je peux dire) c’est que les gens ont peur d’être sale. Les bactéries on en trouve de partout ! De même que les champignons. Et sans eux, vous mourrez, c’est aussi simple que ça. Dans votre corps, une cellule sur 10 est humaine, le reste c’est de la bactérie.

Ils nous défendent contre les pathogènes (ceux qui nous rendent malades) et nous aident littéralement à assimiler certains composés vitales et semblent même communiquer avec nous de manière inconsciente.

Faut arrêter cette obsession du “tout-bactérien-pas-beau”. À trop vouloir en faire, on est juste en train de plomber notre système de survie à l’échelle de l’humanité et de se flinguer la santé à l’échelle individuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Possibilité d'ajouter une balise de SPOILER via la syntaxe suivante :
[spoiler] Texte à cacher [/spoiler]