Pourquoi je resterai encore pas mal de temps sous Linux Mint

Attention, cet article date de 5 ans, les informations peuvent ne plus être à jour...

Pourquoi avoir débuté avec Linux ?

Mon premier système d’exploitation dont j’ai su me servir correctement était Windows XP. Malheureusement, on ne peut pas dire que c’était un modèle concernant la sécurité… Non pas que Linux le soit d’avantage.
J’en avais surtout marre des mises à jour à n’en plus finir du démarrage à l’arrêt du PC, en passant par 3 redémarrages entre temps bien sûr, mais aussi des ralentissements au bout d’1 mois.
J’ai voulu essayer quelque chose de nouveau, de frais, pas trop compliqué à prendre en main, assez fourni et surtout, pouvant faire tourner mon vieux PC de l’époque qui était loin d’être une bête de course !
Pour moi Linux, c’était COM-PLI-QUÉ ! Tout le monde autour de moi le disait et apparemment, c’était pas pour le commun des mortels.
J’ai commencé par Ubuntu, la version la plus médiatisée, la plus “simple”.
J’ai pas du tout accroché, trop gourmande, pas ergonomique, mais bien fournie.
Il me fallait trouver un équivalent !
Une amie m’avait parlé de Linux Mint, distribution qu’elle utilisait depuis quelques temps déjà et en était satisfaite (la 1e version date de 2006, c’est assez récent).
Du coup, j’ai commencé avec un live-CD version 10 (Julia) (oui, toutes les versions de Linux Mint ont des noms féminins avec des significations) en… 2010, déjà.
http://www.linuxmint.com/rel_julia_whatsnew.php
Basée sur Ubuntu et légère, elle avait l’avantage d’être personnalisable, avoir Mate (Gnome 2, toujours d’actualité et très paramétrable) pour “l’environnement” (rendu graphique, logiciel intégré, etc).
Beaucoup de bugs pour l’époque mais le coup de cœur !

Je n’y connaissais rien et à force de bidouiller et se dire “Ah bah la prochaine fois je supprimerai pas ce fichier/dossier !”, on comprend.
L’avantage d’une telle version c’est que vous pouvez pour le coup demander/vous renseigner auprès de la communauté d’Ubuntu et de Linux Mint.

Puis, au fil des versions, Linux Mint a su se différencier, je repense notamment à la version 12 (en 2011) : Ubuntu décide de passer à la version 3 de Gnome, jugée peu pratique et compliquée, ce changement a eu pour effet de propulser Linux Mint.
En effet, pour satisfaire un grand nombre d’utilisateur, la communauté de Linux Mint a contribué à la création d’une surcouche appelée MGSE (Mint GNOME Shell Extensions) qui deviendra par la suite Cinnamon (entre autres).

 

Linux, une philosophie

Non je ne fume pas mais vous vous en rendrez compte en l’essayant.
Linux n’est pas fait pour tout le monde, et la gratuité du service ne fait pas tout.
C’est avant tout un outil de création, de partage, de rassemblement et d’entraide, beaucoup d’entraide !
Linux n’est pas LA solution pour radins ou de dépannage.
Si l’informatique ne vous intéresse pas plus que ça, en général vous ne devriez pas accrocher.
Cependant, les communautés ont fait un effort monstre ces dernières années en adaptant le système, en le faisant toujours plus simple, plus facile d’accès et toujours plus attractif.
Fini le temps à passer des heures en ligne de commande, Linux se veut disponible pour tous !

Pas mal de personnes de mon entourage ne connaissant qu’un chouïa d’informatique se sont vite habitués et ont gardé le système. Beaucoup de logiciels sont intégrés par défaut et surtout l’essentiel (traitement de texte, internet, musique, etc) que la majorité totalité des gens utilisent.
Le gros inconvénient est que les programmes de Windows ne sont pas compatibles Linux, à vous de chercher des équivalents pour vos besoins particuliers.
Si vous êtes du genre à laissez tomber un système d’exploitation parce qu’il n’a pas l’application que vous cherchez, c’est même pas la peine de commencer.
Sinon, une bibliothèque logiciel vous permet de trouver assez facilement des alternatives.
Et maintenant, grâce à SteamOS, de plus en plus de jeux récents tournent sous Linux. Et dire qu’il y a encore quelques années personnes ne s’y attendait.

Toujours désireux d’en apprendre d’avantage, je teste assez régulièrement d’autres versions de Linux en live CD si possible, sinon en Virtualisation.
Dernièrement j’ai essayé Fedora, ElementaryOS et Deepin.

  • Fedora est spéciale mais j’aime bien.
  • ElementaryOS j’aime moyen, c’est beau, rapide mais c’est fermé de partout, même le bureau ne sert à rien. C’est récent donc à suivre.
  • Deepin est chinois, l’interface s’utilise beaucoup à la souris mais reste assez buguée.
    La prochaine : OpenSuse.

 

Pour le moment, aucune ne s’est approchée de ce que Mint propose : de l’ergonomie, de la flexibilité et de la puissance.
Voilà pourquoi je pense rester un moment dessus :)

 

Pour plus d’info, je vous recommande les sites de Linux Mint français et anglais, ainsi que sa page du Wiki.

Pfiou, un bon pavé ! Merci à celles et ceux ayant eu le courage de le lire ;)

 

Edit : Je suis passé finalement à Ubuntu car plus à jour et l’interface d’Unity me plaisait mieux. Mais le monde Linux me plaît toujours autant ! Et pour les mêmes raisons citées dans l’article :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Possibilité d'ajouter une balise de SPOILER via la syntaxe suivante :
[spoiler] Texte à cacher [/spoiler]