“Je suis Charlie” mais le suis-je vraiment ?

Attention, cet article date de 6 ans, les informations peuvent ne plus être à jour...

Comme à chaque fois qu’un incident du genre survient, les médias s’en emparent et les réseaux sociaux suivent et réciproquement.
Beaucoup de confusion dans les faits et gestes si bien qu’au bout de seulement quelques heures, on en vient à ne plus savoir le pourquoi du comment, que l’on n’est pas capable de m’expliquer en quoi le fait d’afficher ces quelques mots sur un profil virtuel pour défendre une liberté d’expression sur des réseaux qui censurent vos images, paroles ou idées soit une vraie preuve de solidarité, mais soit, on dira que c’est le geste qui compte.

C’est bien beau de montrer son soutien, encore faut-il savoir pourquoi on le fait…

Pour ma part, je ne suis (suivre) pas Charlie hebdo mais je condamne tous crimes quels qu’ils soient.

En s’attaquant à Charlie Hebdo, on s’est attaqué à la France où on se pensait être intouchable mais surtout à la liberté de la presse et d’expression.

Sous ce slogan, on s’unit contre la peur pour défendre nos valeurs. Mais, outre d’afficher ce slogan il faut encore montrer son soutien sur le long terme et non par effet de mode qui disparaîtra comme tant de choses qui ne sont qu’éphémères sur les internets.

Si ces événement doivent unir vraiment les gens alors ce sera une bonne chose. Mais encore faut-il que ce soit réel et non seulement virtuel.

Si cela vous touche vraiment alors continuez à montrer votre soutien envers la liberté d’expression et non seulement en affichant un message, sinon, ne le faites pas, ce serait à mon goût salir ce slogan et l’image que défend Charlie Hebdo.

Ne tombez pas sous le joug de la peur et surtout ne tombez pas dans le piège de raccourcis extrémistes.

JE SUIS CHARLIE et je soutiens cette liberté d’expression.

3 avis sur l'article ““Je suis Charlie” mais le suis-je vraiment ?”

  1. Matronix dit :

    Désolé mais pour le coup je comprends pas trop ce que tu dis et où tu veux en venir…

    J’ai envie de dire qu’en s’en fout que ça soit Charlie Hebdo, ça aurait pu être n’importe quel autre journal. C’est la liberté d’expression qui est attaquée, la base de la république… On ne répond pas à des crayons par des armes à feu…

    Je vois pas pourquoi tu vois le mal dans cette histoire, au contraire on devrait se réjouir de la solidarité que ça a créé, l’élan d’unité. Des gens individualistes et égoïstes se sentent concernés parce qu’on bafoue une idée. Ça fait plaisir. Ceux qui suivent le mouvement ne sont pas des moutons pour le coup. C’était pas des gens débiles qui ont participé à ce mouvement. Sur Facebook jette un oeil aux personnes qui ont pris l’avatar, ils ont tous fait un pavé pour se justifier.
    Et cette histoire apporte un autre avantage, celle d’enfin faire la différence entre les musulmans, les vrais, et ces extrémistes de merde qui bafoue leur religion. Avant tu parlais d’eux t’étais traité de raciste, parce qu’on faisait l’amalgame justement.
    Ce que je vois de cette histoire c’est énormément de positif et de tolérance.

  2. Lokoyote dit :

    Voilà typiquement le genre de choses qui me fait peur sur les réseaux sociaux :

    Récupéré sur le compte Facebook de quelqu’un et je t’assure que parmi les 80000 personnes beaucoup ont un avatar de “je suis Charlie” mais ne sont pas capables de simplement vérifier une date ou de cliquer sur le lien de la page pour vérifier…

    L’effet de masse, c’est beau…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Possibilité d'ajouter une balise de SPOILER via la syntaxe suivante :
[spoiler] Texte à cacher [/spoiler]