Salon du Saké 2017 : Le saké en Europe ça donne quoi ?

Durant les 3 jours de ce weekend (samedi à lundi), j’ai participé au Salon du Saké. C’était donc l’occasion de rencontrer les grands maison Japonaises mais aussi les (trop) rares producteurs de saké en Europe et de goûter leurs œuvres !

À côté de ça il y avait les « Kura » Japonaises, en grande majorité des très grandes brasseries avec des sakés d’exceptions dans de nombreux styles ! Comparativement, on peut dire que c’était les très grands crus du vin qui étaient présentés. Et c’était là le problème ! (voir : Pourquoi partager de bons vins n’est pas toujours une bonne idée)

Salon du saké

De très très bonnes surprises étaient présentées par certains producteurs pour qui a le palais pour les apprécier : le saké est un produit fin et subtile, trop fin pour quiconque n’est pas habitué, et nécessite un apprentissage du palais pour estimer toutes les nuances de cette boisson.

Beaucoup de Japonais étaient présents. J’ai rencontré quelques Anglais et Belges qui ont fait le voyage pour l’occasion. Les Français présents étaient majoritairement Parisiens dont beaucoup ne connaissaient pas du tout le saké.

Autant les Japonais ont l’habitude d’en goûter, autant les Français non. Nombreux ont trouvé les sakés peu prononcés…

Cette année encore le saké reste et restera une boisson de connaisseurs, pour ceux ayant l’habitude de déguster de bons vins ou qui ont déjà initié leur palais et qui savent apprécier les nuances de cette boisson. C’est malheureux mais les occidentaux ne sont pas encore prêt à apprécier la délicatesse du saké.

Cependant, on peut aussi dire que les sakés Japonais ne sont pas fait pour les occidentaux. Et c’était là tout l’avantage des sakés Européens ! Faire du saké avec un savoir faire Japonais mais en l’adaptant au publique Européen. Un saké-crafting en quelque sorte. Et j’avoue avoir été très surpris des sakés Norvégiens, Espagnol et Français. Chacun avait leur style et leur vision du saké. Je remercie encore ces brasseries de m’avoir permis de garder quelques bouteilles ;).

Il n’est jamais trop tard pour commencer son éducation du palais, mais ça prend du temps, et le saké est vraiment une boisson à part entière qu’il faut prendre le temps de déguster.

J’espère donc sincèrement que les brasseries Européennes sauront faire découvrir ce breuvage peu connu chez nous, comme il en est maintenant des bières artisanales…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Possibilité d'ajouter une balise de SPOILER via la syntaxe suivante [spoiler]Spoil à cacher[/spoiler]